Les routines du quotidien : train-train aliénant ou obligatoire liberté ?

man seated by a radiator Norman Rockwell

Qu’est-ce qu’une routine ?

Selon le Larousse la routine c’est ça :

  • Habitude mécanique, irréfléchie, et qui résulte d’une succession d’actions répétées sans cesse.
  • Ensemble de ces actions, de ces gestes faits mécaniquement
  • Ensemble bien établi d’habitudes qui crée un état d’apathie, une absence d’innovation.

Mécanisation irréfléchie, répétition, apathie, absence d’innovation… Wow ! Ainsi décrite la routine est loin de faire rêver…

Pourquoi, dans ce cas, l’être humain se crée-t-il autant de routines ? Les routines nous privent-elles vraiment de liberté ? Ou est-ce la liberté, anxiogène, qui nous pousse dans une forme de ritualisation du quotidien pour nous protéger ?

Creusons le sujet et tâchons de voir ce qui se cache derrière cette notion et, peut-être d’y voir bien plus d’avantages que de prime abord.

D’après Claude Javeau, professeur de sociologie, la notion de routines est polysémique :

  • la routine pour se protéger de l’anxiété 

La liberté est anxiogène car porteuse de dangers et donc de peurs qu’il nous faut apaiser. « Si l’anxiété est le corrélat de la liberté humaine, il convient d’enserrer cette liberté dans les fers des rituels routiniers » dit-il fort à propos.

Dans la répétition et la répétitivité l’individu ancre son besoin de sécurité ontologique (qui fonde le mécanisme de construction d’identité de soi). Besoin essentiel chez tout être humain dès la naissance.

Anthony Giddens, éminent sociologue britannique dit à ce sujet  » Tous les individus mettent au point un certain cadre de sécurité ontologique, basé sur des routines de formes variées ».

  • La routine comme tremplin à l’évasion et à la création

Par leur automatisation les tâches routinières libèrent de l’espace cognitif et permettent d’économiser de l’énergie. De fait en automatisant les pratiques les usages permettent de libérer l’énergie pour la créativité.

« Les automatismes permettent de rationaliser la vie pour accumuler les activités, mais aussi de penser à autre chose, de s’évader, voire de créer. » explique Juan Salvador, professeur de sociologie.

D’ailleurs de nombreux artistes, peintres, écrivains, ont une vie extrêmement bien réglée leur permettant de se libérer l’esprit pour s’engager totalement dans la création.

Une vie quotidienne sans routines serait chronophage à l’extrême et très énergivore.

  • La routine comme organisation spatio-temporelle

Une bonne organisation spatio-temporelle des routines est destinée à harmoniser les agendas de la famille ou du couple permettant ainsi de se préserver des moments de rencontre, plus de loisirs, etc.

On le voit les routines ritualisées du quotidien sont riches d’avantages :

Elles apaisent notre anxiété

Elles libèrent l’esprit

Elles permettent de structurer le quotidien

Elles permettent de gagner du temps

Elles évitent de la dépense inutile d’énergie


noun_113537_cc

Pour aller plus loin

Salvador Juan, « Le concept de routine dans la socio-anthropologie de la vie quotidienne », Espace populations sociétés

Claude Javeau, « Routines quotidiennes et moments fatidiques », Cahiers internationaux de sociologie


 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s